J’ai écrit cette histoire, mon histoire pour Laure ma grande fille, une princesse musicienne qui nous embarque dans les univers sonores qu’elle compose. Une voix profonde dont on ne peut plus se passer. Une joie de vivre communicative. La tête bien posée sur les épaules. Un regard perçant, intrigué autant qu’élégant.

J’ai eu la chance de vivre plusieurs vies, d’être souvent au bon endroit au bon moment, de rencontrer des personnages étonnants et fascinants, et de vivre une multitude d’expériences diverses que je n’aurai jamais imaginé possibles.

Rien de tout ce que j’ai eu la chance de vivre n’arrive à la cheville du bonheur que procure le seul fait d’être là pendant qu’éclot notre seule raison d’être. J’ai tenté de l’accompagner, de l’encourager, de la soutenir, de ne jamais la juger, de pardonner, d’expliquer. Son sourire et son bien être sont mes plus belles récompenses.

L’idée de lui raconter mes tranches de vie s’est imposée petit à petit. Des tranches de vie que beaucoup de personnes de mon entourage trouvaient originales et me poussaient depuis un moment à écrire. Je n’osais franchir le pas, je trouvais prétentieux et inutile de me raconter. C’est Aurélie, une amie partie faire le tour de l’Islande à vélo, qui à son retour a allumé la mèche : « Les expériences des autres sont autant de repères qui nous aident à avancer. Chaque fois que je te vois, je découvre un nouveau chapitre de ta vie et j’ai envie de connaître le suivant. Et pense à ta fille, elle sera heureuse de lire ce témoignage, et je suis persuadée qu’il en sera de même pour tout le monde. Mais ne tarde pas trop, les souvenirs s’estompent. »